Rescapée – Attentats du 13 novembre : «J’ai divorcé après le Bataclan»

Témoignage de Lydia Vassalo, rescapée du Bataclan.

Lydia était au Bataclan le 13 novembre. Elle vécu les heures sombres de l’attaque des terroristes durant le concert des Eagles of Death Metal.

Par chance, elle a réussi à survivre et à s’échapper au bout d’une demie heure. Mais, elle ne se doutait que le cauchemar ne faisait que commencer !

rescapee

« Depuis je n’ai pas pu récupérer mon travail, explique cette jeune Française de 27 ans, installée en Angleterre, qui travaillait dans un bar à Londres. Ma patronne n’accepte pas ce qui m’est arrivé. Elle dit que je dois redevenir qui j’étais avant, que je dois laisser mes problèmes dehors. Je n’ai rien fait de mal, je n’ai pas choisi ce qui m’est arrivé.

Je viens de trouver un petit boulot dans une fête foraine quelques jours à Londres. Mais il a fallu que je dise que je n’étais plus traumatisée pour être prise, alors qu’en réalité je pleure encore pour un rien, je fais des insomnies. Les gens ne sont pas très tolérants. Y compris mon mari. J’ai demandé le divorce depuis les attentats. J’y songeais avant, mais je me disais que ça pouvait s’arranger. Et au moment où j’ai cru mourir dans la salle, je me suis dit : t’auras vécu une vie mais tu n’auras pas été vraiment heureuse. Après, mon mari, qui est anglais, n’arrivait pas à comprendre ce que je ressentais et moi, je n’avais plus envie de faire d’efforts.

Pour essayer de me remettre de tout ça, j’ai beaucoup voyagé en Italie, Espagne, Portugal, Etats-Unis, Suède, Finlande. Quand je suis loin, j’ai l’impression de revivre. J’ai revu les musiciens d’Eagles of Death Metal. Ils m’ont invitée à plusieurs de leurs concerts à l’étranger. A chaque fois, c’est un concert de plus avec eux qui se termine bien. Je serai aux commémorations ce dimanche (NDLR : aujourd’hui) mais je n’ai pas de place pour Sting. Je suis retournée au Bataclan en avril pendant les travaux. J’en avais besoin. Je n’avais pas envie d’en ressortir. Car le 13 novembre, j’avais eu l’impression d’avoir laissé une partie de moi dans la salle. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *